Blogue

Rechercher

La clef du succès d’une thérapie


Qu’est-ce qui fait qu’une thérapie aide ou non le client ?

Première question : est-ce que la psychothérapie donne des résultats ?

Tout d’abord, je veux rendre à César ce qui lui appartient. Ce que je vous présente n’est pas le fruit de mes recherches mais celui de Yves Gros-Louis, psychologue, dont j’ai suivi la formation l’an dernier.

En premier lieu, répondons à l’objection encore courante, surtout chez les hommes, à l’effet que la psychothérapie ne donne rien. “La recherche établit clairement que la psychothérapie est efficace ... avec les divers groupes d’âge.”[1] On n’est donc jamais trop vieux pour changer !  Cette affirmation s’appuie sur de multiples “méta-analyses (analyses statistiques faites pour résumer les données de nombreuses études) couvrant 60 ans de travaux sur des milliers de personnes présentant un vaste éventail  de problèmes traités par une grande variété d’approches.”  Ce qui est très encourageant, c’est que la guérison n’est pas si longue. “Une méta-analyse établit que l’état de 75 % des clients s’améliore après 26 sessions ou six mois de consultations hebdomadaires, peu importe l’approche.”  Cette méta-analyse indique aussi que l’état d’environ 35 à 65 % des clients s’améliorent significativement après aussi peu que 1 à 7 rencontres. En plus, on constate que  le succès a tendance à se maintenir après la fin de la thérapie.  Fait important, une revue de la littérature démontre que le succès a tendance à se maintenir davantage chez les clients qui attribuent le succès à leurs propres efforts. La volonté du client est donc primordiale.

En bref, la psychothérapie s’avère efficace et apporte des résultats particulièrement aux gens qui font confiance et les résultats perdurent.

L’approche fait-elle une différence ?

Certains y croient. Encore, récemment j’ai reçu un client dont le psychiatre recommandait l’approche cognitivo-comportementale. Gros-Louis cite huit études pour affirmer qu’il y a un match nul entre les différents modèles de psychothérapie.

Pourquoi ? Parce que les différentes approches comprennent des facteurs communs aux différentes méthodes. Autrement dit, les différentes méthodes ne sont pas si différentes les unes des autres et par conséquent guérissent quand même.  Un des chercheurs, Wampold estime que 92 % de la variance[2] est due aux facteurs communs. Mais quels sont ces facteurs communs ?

Selon un autre chercheur (M. J. Lambert), les facteurs communs se répartissent en quatre groupes : le client (40 %) (le changement extra-thérapeutique), l’alliance thérapeutique (30 %), l’espoir (l’effet placebo) et l’approche thérapeutique (15 %). Plusieurs autres méta-analyses tendent à confirmer ces chiffres.

Je traiterai des facteurs de succès de la psychothérapie dans un prochain texte.

[1]Je vous fais grâce des références mais Gros-Louis les fournit et sur demande je vous les enverrai.


[2]Analyse de la variance : “Technique statistique qui permet de partager entre différentes sources (causes) de la variabilité totale d'un ensemble de mesures`` (Thinès-Lemp. 1975).

32 vues

Consultation thérapie sur RDV pour les personnes de la Rive-Sud de Montréal comme : La Prairie, Brossard, Delson, Ste-Catherine, St-Constant, Châteauguay,  Mercier, St-Rémi, Chambly, Saint-Bruno, Longueuil, Saint-Jean-sur-Richelieu, Montréal

Contact Guy marion

8 rue de Fougères

Candiac QC J5R 6W2
Canada

​​

Tél. : 514 246-3388

Tél. : 450 845-7073

Courriel : marionguy@videotron.ca 

Mandats demandés par la
CNESST-CSST,  l’IVAC, la SAAQ

© 2020 GUY MARION, thérapeute conjugal et familial, psychothérapeute