THÉRAPIE

FAMILIALE

Nombreux sont les parents qui se sentent désemparés lorsque des malaises ou des situations conflictuelles apparaissent dans le milieu familial.

La thérapie familiale va permettre d'harmoniser la relation parent-enfants, la relation entre les enfants de parents différents et parfois entre le couple et les parents des conjoints.

Vous connaissez ces histoires de belles-mères !

Les parents sont considérés comme des partenaires indispensables des enfants

Ils sont les personnes les plus significatives pour les enfants dans la vie de tous les jours.

Si on prend soin des parents, on prend soin des enfants.

Il est essentiel d’expliciter ce raisonnement aux parents, afin qu’ils deviennent partie intégrante de la thérapie.

Ceci vise la déculpabilisation et la compréhension de ce que l’on peut entreprendre ensemble. 

«C’est vous qui allez m’aider à l’aider.  C’est vous qui pouvez me permettre une compréhension réelle de votre situation.  C’est ensemble que nous pouvons comprendre ce qui se passe pour votre enfant.  Envisageons ensemble comment vous pourriez l’aider dans ses difficultés qui sont aussi les vôtres.  J’ai besoin de vous afin que vous m’aidiez à comprendre... et que nous puissions avance.»
Tiré de Dolli-Monglond, Introduction aux thérapies familiales : une pensée, des pratiques, ESF, Paris 1998, p. 163

Les familles sont semblables à ces arbres magnifiques...

Une autre façon de décrire le rôle de Guy Marion est d’utiliser l’image du jardinier de Mony Elkaïm qui écrit :

« Les familles sont semblables à ces arbres magnifiques dont chaque branche au printemps s’épanouit ... mais voilà, il arrive que parfois des rameaux ne donnent pas de bourgeons ou bien encore qu’aucun bourgeon ne s’ouvre, qu’aucune fleur ne s’épanouisse. La branche semble sèche, comme privée de sève, pour se  développer.

 

Le rôle du thérapeute de famille est celui d’un jardinier qui propose ou apporte le bon terreau, la bonne terre, qui fait jaillir le soleil au bon endroit. La sève contenue dans le tronc pourra alors circuler et irriguer chacun des rameaux, y compris ceux qui semblent atrophiés. »
Mony Elkaïm, Comment survivre à sa propre famille, p. 11

Pourquoi consulter et faire une thérapie familiale ?

  • A cause de relations conflictuelles avec la belle-famille.

  • Un mariage, c'est une union de 2 deux cultures familiales. Imaginez maintenant la situation de familles recomposées où il peut y avoir des enfants de 3 ou même 4 mères ou pères différents

  • Parce que je dois répéter et répéter à mes enfants et ils obéissent seulement quand je crie mais je n’aime pas crier comme ma mère ou mon père a crié après moi.

  • Parce que mon ex m’empêche de voir mes enfants.

  • Parce que notre fils de 18 ans rentre à n’importe quelle heure, ne fréquente pas l’école et ne travaille pas.

  • Parce que ma belle-fille et moi, c’est le feu et l’eau et son père la laisse faire ses quatre volontés. Parce que mon mari (ou mon fils) ne fait rien dans la maison.

  • et bien d'autres situations encore...

 
♦ Peut-on suivre une thérapie individuelle en même temps qu'une thérapie familiale ?

Bien sûr. Il y a des difficultés personnelles qui se règlent mieux seul avec le thérapeute ou encore on peut ne pas être prêt à affronter l’autre partenaire. Toutefois, il faut choisir un thérapeute pour le travail individuel et un autre pour travailler en couple ou en famille non seulement à cause des compétences professionnelles requises mais aussi parce le thérapeute qui aiderait l’individu et le couple simultanément se trouverait souvent coincé; malgré lui, il aurait du mal à respecter le secret des confidences de la personne qui le consulte seul et d’autre part, les clients pourraient cacher des informations pertinentes de peur que le thérapeute les dévoile à l’autre, volontairement ou par mégarde. En bref, une thérapie individuelle pour l'un ou l'autre des membres du couple ou de la famille complète très bien le travail de la thérapie du couple ou de la famille en autant qu’il s’agisse de deux thérapeutes différents.


♦ Devrais-je amener les enfants, le conjoint(e) lors de la thérapie familiale ?

Il est préférable de voir tout le monde ensemble si c'est possible pour voir le fonctionnement de la famille. Mais il aussi important de voir les individus séparément pour donner la chance à chacun de s'exprimer plus librement.

 
♦ Combien de temps dure une thérapie familiale ?

Tant que le problème n'est pas réglé. Tout dépend aussi du problème, de sa spécificité, de sa profondeur et de la détermination des personnes. Entre chaque consultation, le travail de thérapie continue. Les consultations servent à faire le point sur l'évolution et la solution du problème.


♦ Que faire quand les enfants ne veulent pas venir ?

Dites aux enfants que l'on va parler d'eux, mais que l'on aimerait avoir leurs points de vue et leurs expériences pour aider toute la famille à trouver des solutions.

Questions les plus fréquentes sur la thérapie familiale

Quelques exemples de situation traitée par Guy Marion

exemple 1

 

Une famille a perdu un fils adolescent atteint de la méningite. Je ne peux pas le ressusciter mais je peux les accompagner dans leur deuil, être sensible à leur douleur, les entendre, les aider à en parler entre eux.

exemple 2

Un homme et une femme tombent follement amoureux. Ils décident de vivre ensemble... mais ils ne sont pas seuls. Ils ont chacun des enfants qui eux avaient l’attention exclusive d’un parent et évidemment ne sont pas amoureux de l’étranger(ère). Et maintenant, il y a cet(te) étranger(ère) qui m’enlève l’attention exclusive de mon père (ma mère).

 

Elle prend beaucoup de place et lui qui a mal à prendre la sienne fait face à la révolte de ses filles. La tension monte. Le couple se sépare mais ils se manquent et reviennent vivre ensemble. Il va s’en dire que l’accueil de la part des enfants est aussi chaleureux que le nord et en janvier. La tension monte de nouveau. Les parents se sentent coincés. On se chicane. On s’accuse. Les enfants font de même. Le climat est devenu insoutenable. Comment s’en sortir ?

EXEMPLE 3

Une jeune femme élève seule ses trois enfants dont des jumeaux pendant quelques années. L’un d’eux exige beaucoup de sa mère qui le calme en le prenant, sinon il hurle tant qu’il n’obtient pas l’attention qu’il réclame. On peut comprendre cette mère, mais rendu à l’adolescence ce fils fait tellement de crises qu’on aurait pu croire qu’il avait une personnalité limite. Sauf qu’à l’école, il était un élève modèle. Sa fratrie et son beau-père aussi se pliaient à ses exigences. Le deuxième conjoint de Mme a tenté d’imposer une certaine discipline, mais Mme ne lui permettait pas.

 

Avec le temps les comportements erratiques des enfants à la maison et ailleurs sont devenus insupportables et les parents ont demandé mon aide. C’est lors d’une séance familiale des plus agréable que pour une première fois tous ont pu se parler respectueusement et convenir que les parents devaient prendre le leadership et imposer une discipline.

 

Ensemble chez eux, ils ont établi un code de vie avec des conséquences pertinentes et aux dernières nouvelles on s’y conformait et le calme continuait de régner, quoique Mme m’écrive, “Il est vrai que nous vivons une très belle amélioration mais cela nécessite des efforts à tous les jours puisqu'il est facile de retomber dans nos anciens comportements. C'est donc un travail quotidien et continu.”

Contact Guy marion

8 rue de Fougères

Candiac QC J5R 6W2
Canada

​​

Tél. : 514 246-3388

Tél. : 450 845-7073

Courriel : marionguy@videotron.ca 

Mandats demandés par la
CNESST-CSST,  l’IVAC, la SAAQ

© 2018-2019 GUY MARION, thérapeute conjugal et familial, psychothérapeute

Consultation thérapie sur RDV pour les personnes de la Rive-Sud de Montréal comme : La Prairie, Brossard, Delson, Ste-Catherine, St-Constant, Châteauguay,  Mercier, St-Rémi, Chambly, Saint-Bruno, Longueuil, Saint-Jean-sur-Richelieu, Montréal