THÉRAPIE

PAR LE JEU POUR LES ENFANTS

En quoi consiste la psychothérapie par le jeu ?

L’enfant joue en présence d’un psychothérapeute, celui-ci étant habilité à tirer le meilleur parti possible du langage symbolique dont il fait usage dans ses activités ludiques.

 

C’est un moment agréable sans pression et sans objectif formel pour l’enfant, qui jouit de l’attention exclusive du psychothérapeute.

La psychothérapie par le jeu vise le mieux-être de l’enfant

 

Elle prend appui d’abord et avant tout sur l’expression propre de ce dernier plutôt que sur celle de l’adulte. Les activités ludiques constituent en effet un langage qui permet à l’enfant d’exprimer son mal-être, ce qu’il ne saurait exprimer par les mots comme peut le faire l’adulte. Il vit un mal-être parce que quelque chose entrave la poursuite de son développement normal.

 

Les parents, qui connaissent pourtant bien leur enfant, n’arrivent pas à cerner la source de ses comportements dysfonctionnels. C’est en décodant les productions ludiques et graphiques que le thérapeute comprend le sens des agissements de l’enfant et qu’il peut intervenir auprès de lui en y mettant des mots.

 

Pour citer Michel BosséLa thérapie est considérée comme un processus qui permet au conflit d’apparaître au grand jour (de la conscience de l’enfant !) et de se résoudre. Les modes d’adaptation problématiques (les symptômes) finissent par apparaître comme dépassés ou inutiles. Une nouvelle façon d’interagir avec les autres et de tenir compte des exigences de la réalité est mise au point».

 

Dit autrement, cette approche s’attaque aux causes profondes qui ont entraîné l’apparition de comportements dysfonctionnels chez l’enfant. Grâce aux jeux et aux dessins produits en séance, le psychothérapeute peut cerner la manière de l’enfant d’être avec lui-même et avec les autres. En racontant ce qui se passe dans sa production ludique ou graphique, l’enfant dévoile son monde intérieur sans trop s’en apercevoir.

 

Ces récits révèlent au thérapeute la signification des symptômes qu’il manifeste : la colère, l’opposition, l’anxiété, la rivalité, la difficulté de concentration, le recours excessif à l’agir, etc. Ces symptômes constituent des appels à l’aide qu’il ne s’agit pas d’éradiquer mais dont il faut d’abord découvrir et analyser le sens profond, découverte et analyse qui mènent à leur disparition.

Le rôle des parents

Les parents ne sont pas laissés pour compte.

Ils sont bien plutôt des partenaires dans la remise en route du développement de leur enfant.

Je les rencontre – seuls, sans l’enfant – avant le début de la thérapie pour connaître le plus possible les circonstances entourant l’apparition et le développement des comportements dérangeant de l’enfant à la maison, à l’école, à la garderie et ailleurs.  Il s’agit de faire le tour de leurs propres observations ou de celles des éducateurs ou encore de celles d’autres personnes.


L’implication des parents est une composante essentielle de l’intervention psychothérapeutique. « Cette implication suppose la présence d’attitudes ou de dispositions telles que : consensus et cohérence entre les parents, transparence avec le psychothérapeute, respect de l’«espace relationnel » enfant-thérapeute, (c’està-dire, n’échanger avec l’enfant sur ce qui est arrivé lors des séances hebdomadaires que dans la mesure où celui-ci l’accepte.) la confiance dans le psychothérapeute et dans le processus. »

Il est important pour le psychothérapeute de connaître l’histoire de l’enfant, la nature de ses difficultés;

il est important pour lui d’avoir l’idée la plus précise possible des conditions entourant l’apparition des symptômes, de leur évolution et de la manière dont les parents ou autres éducateurs ont réagi aux comportements dysfonctionnels de l’enfant.

Le suivi

Les parents sont revus, toujours seuls, aux quatre ou cinq semaines pour faire le point sur l’évolution de l’enfant. Il va sans dire que la psychothérapie d’un enfant en difficulté constitue un gros investissement. Mais ce qui est à l’enjeu, c’est-à-dire le bien-être de l’enfant et l’éclosion de son potentiel, en vaut vraiment le coût.

Pour plus d’informations sur la thérapie par le jeu, veuillez consulter l’ouvrage de Michel Bossé, «Pourquoi j’irais chez la psy, maman ? ... La psychothérapie par le jeu expliquée aux parents», Longueuil : Groupéditions éditeurs, 2011.

Consultation thérapie sur RDV pour les personnes de la Rive-Sud de Montréal comme : La Prairie, Brossard, Delson, Ste-Catherine, St-Constant, Châteauguay,  Mercier, St-Rémi, Chambly, Saint-Bruno, Longueuil, Saint-Jean-sur-Richelieu, Montréal

Contact Guy marion

8 rue de Fougères

Candiac QC J5R 6W2
Canada

​​

Tél. : 514 246-3388

Tél. : 450 845-7073

Courriel : marionguy@videotron.ca 

Mandats demandés par la
CNESST-CSST,  l’IVAC

© 2020 GUY MARION, thérapeute conjugal et familial, psychothérapeute